Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
In Cahiers de l'Art Cru N°17 Septembre 1991
Editorial

A la bordure entre l'image et l'affect, l''expérience créatrice se donne comme cette ressource fondamentale, inépuisable et irréductible dont le destin est de fonder ou de restaurer l' humanité qui nous constitue. De la pulsion instinctuelle pure, irrémédiablement perdue chez l'être humain, à la pulsion métamorphique, marquée du sceau des expériences affectives originaires et des caprices de l'expérience psychique, c'est tout le jeu de la vie et de la vitalité humaine qui se déploie, avec ses errements, ses tropismes surprenants, ses paralysies déroutantes, ses stationnements entêtés à la lisière des choses.
Créer remplit pour l'homme la fonction que l'instinct remplit pour l'animal. Et là où la culture médiatique tend aujourd'hui vers la réification et la neutralisation du Désir, la pulsion créatrice inaugure, en permanence, le travail de la crise, par quoi se restaure notre unité et notre singularité humaines, seul recours réellement subversif contre la mécanique et la stupidité de la société de Masse, où tout s'ordonne autour de la conformation du désir au gigantesque processus de centralisation économique et politique provoqué par la progression foudroyante de la technologie informatique, médiatique et communicationnelle, dont l'aboutissement est précisément à la destruction de la singularité et de toute culture réellement communautaire et conviviale. CRISE et CREATION sont deux expériences inextricablement liées l'une à l'autre, qu'il s'agisse du processus de construction de la personne, ou du processus de constitution de l'oeuvre.

Etymologiquement, la racine grecque du terme "crise" nous renvoie au mot "décision". Nous considérerons ici l'expérience de la Crise comme la traversée d'une épreuve "décisive" pour le sujet au cours de laquelle celui-ci, de gré ou de force, rencontre de façon significative un ensemble de souffrances affectives non résolues, conduites jusqu'à leur terme émotionnel et psychique. Il devient pour une durée tourmentée, son être, son être-soi, dépouillé de ses masques protecteurs.
Dans l'expérience de nombreux artistes, la pulsion créatrice est enrayée, détournée de ses buts, parce qu'elle est ressentie à juste titre comme dangereuse, en ce sens qu'elle ouvre aux expériences abyssales des terreurs originaires, qu'elle a pour fonction de réduire (et non de séduire).
Certaines personnes utilisent l'espace de création comme mode de préparation à l'expérience paroxystique de la crise;comme une sorte d'itinéraire associatif au cours duquel, les matériaux inconscients émergent de façon dissociée de l'expérience affective qui, elle, demeure clivée. D'autres personnes utilisent l'expérience créatrice comme un moyen d'accompagner les émergences affectives plus ou moins brutales provoquées par la vie ordinaire, ou par l'engagement d'un travail psychothérapeutique ou analytique .. D'autres personnes, enfin, engagent un espace/temps de création sur un mode totalitaire et totalisant, comme structure "crisique" particulièrement bouleversante, où l'affect et la forme ont un destin monolithique. Pour ces créateurs, la matière physique et la matière psychique s'engendrent mutuellement, au cours d'un jeu créateur où l'avènement de la forme est coextensif à la formation de l'identité. Par son engagement exclusif dans l'expérience expressive, le créateur, se forme comme sujet émergeant du magma primitif. Le prix à payer pour cet holocauste des adhérences originaires vaut par les dividendes fastueux que cela apporte en termes de création.
Le caractère tellurique de telles forces esthétiques/affectives et des dislocations psychiques qu'elles engendrent, placent simultanément en orbite de la perception consciente le jeu des angoisses et des défenses associées à leur émergence. L'histoire de l'Art montre de façon tragique ce qu'il advient d'une puissance créatrice de cet ordre lorsqu'elle se développe en dehors d'un cadre qui permette d'en faire jouer les dynamismes spéculaires (ce rôle est habituellement joué par le public ou par le psychothérapeute), et d'en absorber les effets désintégrateurs (ce qui est le rôle du cadre artistique ou thérapeutique).
Certes, s'il n'est pas coutumier de rencontrer dans nos Ateliers d'Expression des tempéraments créateurs dans les colorations extrêmes de ceux de CAMILLE CLA UDEL, d'ANTONIN ARTAUD ou de VINCENT VAN GOGH, cela arrive tout de même. Par contre, il est réellement habituel d'y assister à la mise en oeuvre d'expériences affectives et psychiques intenses, parfois aiguës. C'est en particuliers dans de tels moments que l'animateur de l'Atelier doit engager sa capacité d'accueillir et de faire travailler dynamiquement la crise affective ouverte par l'expression esthétique. Se poser comme initiateur d'une structure destinée à déclencher le travail de la formulation créatrice suppose donc', de la part des praticiens d'Ateliers de cette nature, une capacité plurielle:
- d'une part à penser le cadre favorable à l'actualisation de ces phénomènes liés au processus créateur;
- d'autre part, à en garantir la permanence et à la fiabilité; - à accueillir et assister les mouvements d'émergence affective, émotionnelle et psy-
chique dont s'accompagne toute expérience créatrice authentique, sans en aliéner le potentiel thérapeutique par leurs propres insuffisances ou résistances personnelles.
- à favoriser, lorsque tel en est le sens, l'analyse et l'orientation d'une décision visant à prendre en compte dans un cadre appropriée les demandes de travail thérapeutiques ou analytiques individuelles.
III
Cela pose la question cruciale de la formation des praticiens d'Ateliers d'Expression qui se doit d'être cohérente avec la nature des processus incisifs qui entrent en collision dans le cours de l'expérience créatrice. Nous avons, pour notre part, choisi de "mettre en oeuvre" une pratique de la formation qui invite les futurs praticiens à traverser pour leur propre compte cet espace de crise/création où puissent opérer dialectiquement les forces esthésiques du corps, et la puissance poétique de la Psyché, dans le miroitement analytique de la Parole et des mots.

Partager cette page

Repost 0
publié par

.

Rechercher

   
   

Archives

   
   

 

Catégories d'articles:

Questions techniques

Matériaux pour artistes

 

 


Mon travail artistique:

> Site

> Blog