Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 07:20


L'autre jour, je me suis plongée dans une bande-son. Pour une fois, j'ai eu envie de la publier…
Je n'ai pas trouvé où l'héberger, alors j'ai pensé qu'accompagnée d'une vidéo, je pourrais l'héberger sur YouTube.
J'en suis venue à y ajouter mes images… par inadvertance.
Repost 0
publié par L'atelier d'Annik - dans Créations
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 18:18

24.9.09 – 40 x 30 cm

Je ne suis pas convaincue par la couleur. Mais alors pas du tout!
J'en ai eu envie, puisqu'elle est là. Mais une fois terminé, mis à distance, ça me paraît anecdotique.
Je n'ai pas encore apprivoisé la couleur…
Elle me fascine et me distrait, je ne sais plus voir ce qui est essentiel, attirée par le clinquant comme un papillon de nuit par la lumière. D'ailleurs on voit bien que ce sont les couleurs de quelqu'un qui vient du noir et blanc…
Et puis le format ne me convient pas non plus. Ni carré, ni horizontal: ça ne me convient pas.
Enfin bon, rien ne va, en somme!

NB: j'ai finalement repris ce dessin, qui n'existe plus tel qu'on le voit ici.
Le résultat de cette reprise est visible 
dans cet article-ci.
Repost 0
publié par L'atelier d'Annik - dans Des processus de création
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 11:20
Il y a un moment déjà que j'ai commencé ce texte, suite à un échange sur un précédent article.
J'entrevois la suite de ma réflexion sur les processus de création, curieusement amputée d'autrui…


Je me suis jusque-là intéressée au début du processus: comment les forces affectives en moi peuvent, à un moment donné, se condenser sur le support – en l'occurrence le papier – en formes, en lignes, en traces, jusqu'à ce que l'image déposée fasse office de miroir, juste reflet de ce que je vis au moment où je crée. 
Mais que se passe-t-il ensuite, lorsque l'image piégée dans le miroir est montrée à d'autres yeux? Il paraît bel et bien y avoir parfois résonance. Certes je m'y attendais ou plutôt je l'espérais – c'est en partie elle que je recherche en créant: tout d'abord trouver la résonance avec moi-même, plonger mon pinceau dans la marmite bouillonnante qui m'habite, le déposer sur le papier, le proposer au regard d'autrui, qui y résonnera (ou non).

21.9.09
21 x 29.7 cm


Je ne me suis jusqu'à maintenant considérée qu'en tant qu'émettrice. Comme si j'allais de toute façon parler dans le vide. Comme si mon attente devait forcément être fantasmatique. Comme si l'Autre n'existait pas… En moi aussi pourtant, spectatrice, lectrice, auditrice, les images statiques, mobiles, mais aussi images de mots, images en sons produites par les autres trouvent parfois écho. Je suis parfois cet Autre, pour quelqu'un d'autre: la preuve est là, que quelque chose passe les frontières de l'individu qui exprime.
Mais ce mouvement de l'un à l'autre, mystérieux, quel est-il?
Il y a bien action, impulsion de la part de qui propose à voir; il y a parfois réaction, mouvement, é-motion, de la part de celui qui reçoit. Comment quelque chose a-t-il pu se transmettre de l'un à l'autre, sans mots?

C'est comme si une forme, générée par quelqu'un, prenait son envol et allait imprimer la forme affective initiale dans l'autres, quand sa propre structure le permet. C'est assez fascinant. Il me semble que le terme imprimer convient assez bien, et peut rendre compte de différents niveaux de similarité avec l'original, d'imprimer un mouvement à photocopier.
De quoi ces nuances dépendent-elles? De la forme qui s'envole, ou du terreau où elle se pose?
Elles sont probablement fonction de la clarté du propos lors de l'émission, mais aussi de la puissance évocatrice, poétique, de la place laissée par l'auteur à l'imaginaire de l'autre; elles varient également pour partie selon la sensibilité, l'ouverture, la capacité à être é-mu de celui qui reçoit.
Je vois encore un paramètre – et c'est là mon présupposé: celui de la similarité de structure affective entre la personne qui crée la forme et celle qui la reçoit.
 
Processus de création
Repost 0
publié par L'atelier d'Annik - dans Des processus de création
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 22:55
"Dès que je commence, dès que se trouvent mises sur la feuille de papier noir quelques couleurs, elle cesse d'être feuille, et devient nuit. Les couleurs posées presque au hasard sont devenues des apparitions… qui sortent de la nuit.
Base des sentiments profonds. De la nuit vient l'inexpliqué, le non détaillé, le non-rattaché à des causes visibles, l'attaque par surprise, le mystère, le religieux, la peur… et les monstres, ce qui sort du néant, non d'une mère."


Henri Michaux – Gouache sur fond noir, 1938
 

C'est bien vrai, la feuille cesse très vite d'être feuille.
Souvent, pour moi, elle devient peau.
Le noir l'envahit parfois; lorsqu'il commence à s'étendre, pour moi ce n'est pas la nuit. C'est plutôt sous la peau un gouffre au-dessus duquel je me penche. Mon angoisse alors, c'est qu'il ne reste plus rien de blanc, plus rien qui me retienne d'y tomber. Vertige… Le peu de blanc qui subsiste prend alors une intensité aiguë.
D'autres fois
la peau est diaphane, et laisse voir l'intérieur du corps d'où émanent des vagues, respirations tantôt tranquilles, violentes ou cahotiques… Ce sont comme des boîtes imbriquées: corps, émotions, pulsions…
L'encre traverse le tout, pour venir se plaquer sur la feuille, trace en deux dimensions de ces  univers imbriqués, immenses et minuscules.
Repost 0
publié par L'atelier d'Annik - dans Sources de réflexion
commenter cet article
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 23:21
Une grande campagne internationale rassemble des organismes de protection de l'environnement et des droits humains (Greenpeace, Avaaz, Equiterre, Amnesty International et bien d'autres) pour sommer les dirigeants de prendre des mesures énergiques contre la menace climatique qui pèse sur nous, lors du prochain sommet de Copenhague en décembre 2009.
Une action simultanée est prévue partout sur la planète le 21 septembre, où les gens se rassembleront pour montrer leur détermination à ce que tout soit mis en œuvre pour la préservation du climat.

Et vous, que ferez-vous ce jour-là?
Moi, je serai là:
cliquez sur le logo pour voir la carte mondiale des événements du jour

J'espère que vous y serez aussi, près de chez vous: plus on sera de fous, moins il y en aura pour continuer à produire des gaz à effet de serre…
Repost 0
publié par L'atelier d'Annik - dans Refaire le monde
commenter cet article
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 07:30
"Dans la peinture, le primitif, le primordial, mieux se retrouve.
On passe par moins d'intermédiaires et qui ne sont pas vraiment intermédiaires, n'étant point partie d'un langage organisé, codifié, hiérarchisé.
On peut peindre avec deux couleurs (dessiner avec une). Trois, quatre au plus, ont pendant des siècles suffi aux hommes pour rendre quelque chose d'important, de capital, d'unique, qui autrement eût été ignoré.
Des mots, c'est autre chose. Même les moins évoluées des tribus en ont des milliers, avec des liaisons complexes, des cas nombreux demandant un maniement savant.
Pas de langue vraiment pauvre. Avec l'écriture, c'est pire. Encombrée par l'abondance, le luxe, le nombre de flexions, de variations, de nuances, si on la fait «brute», si on la parle brute, c'est malgré elle."


Henri Michaux, dessin tiré de "Les feuilles libres", juin 1927


Oh comme j'adhère à ce passage…
Le langage est si policé… Il a plié, s'est soumis, a admis d'entrer dans le monde des civilisés. Il y a de la sensation au cerveau, puis aux émotions, puis à la main, tout un chemin de renoncements, de bienséance, de convenances, même dans les écrits les plus crus, sauf dans les écrits surréalistes peut-être. 
Alors que le dessin, la peinture, le trait, sont en mesure d'être en prise directe sur le corps et les tourbillons qui l'habitent. Pas de pensée préalable. Pas de mots. Un mouvement interne et la main part, sans intention, sans autre souci que de tracer fidèlement les secousses qui lui ont été imprimées de l'intérieur, telle l'aiguille d'un sismographe sur le papier.

Mais j'aime aussi les mots. Je les savoure, lorsque je tente de rendre compte dans l'après-coup des aventures qui se jouent dans l'instant, dans l'interstice entre le ressenti et le papier, dans la fascination des traces qui se posent malgré moi – quand tout va bien.

Voir aussi Michaux I 
Repost 0
publié par L'atelier d'Annik - dans Sources de réflexion
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 07:30
Les derniers petits formats de l'été.
Pour voir les précédentes: vacance 1vacance 2vacance 3, vacance 4, vacance 5:


19.7.09_2

 
 
 

26.7.09

 
 
 

6.8.09_2

 
 

27.8.09


Repost 0
publié par L'atelier d'Annik - dans Créations
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 22:32

20 x 24 cm


Nouveau départ.
Nouvelle numérotation, sans mention de fréquence, cette fois… On ne m'y reprendra plus!
Repost 0
publié par L'atelier d'Annik - dans Créations
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 16:15

Repost 0
publié par L'atelier d'Annik - dans Humeur
commenter cet article
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 18:53
Je n'ai pas montré ici tout ce que j'ai fait cet été. Je me rends compte maintenant que les dessins et peintures que j'ai produits pendant cette période sont désincarnés. Enfin, en partie.
J'ai été rattrapée par l'habitude, une manière de savoir-faire, une distance confortable avec moi-même. Il est si difficile de rester en équilibre sur ce fil, entre connaissance et découverte, savoir et ouverture, acceptation et refus, lucidité et aveuglement, d'accepter des surgissements, de rester vrai en somme… Il y a le danger de l'inconnu certes, mais aussi celui du trop connu, de la complaisance. Loin de craindre de m'éloigner du vivant, je me suis calfeutrée dans ces retranchements de carton-pâte, dans ces simagrées qui me font croire que je suis en état de création. Non. Lorsque j'agis depuis les replis crispés de la crainte, je ne crée pas, je gesticule.

Je m'étais perdue de vue…
Aujourd'hui – pourquoi aujourd'hui? – je viens de me retrouver.
 


10 x 14 cm

Le plus drôle, c'est qu'il me semble que ce dessin fait involontairement suite à celui-ci, datant du 21 juin. Juste avant le doute. Curieux détours…

Processus de création
Repost 0
publié par L'atelier d'Annik - dans Créations
commenter cet article

.

Rechercher

   
   

Archives

   
   

 

Catégories d'articles:

Questions techniques

Matériaux pour artistes

 

 


Mon travail artistique:

> Site

> Blog