Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 14:02
Toujours dans le "livre 1" (libre adaptation de la traduction):

Sans nom l'origine du ciel et de la terre;
avec un nom la mère de toutes choses.
Enlever.

Enlever encore.

Poser les bagages.

Se vider des représentations.

Se vider de la mémoire.



Je pars explorer ces mots depuis le territoire que je connais, celui des mots.
Avec un nom, la mère de toutes choses.
Le fait de nommer serait donc lié au principe féminin? C'est vrai que dans notre histoire commune, celle qui nous fait accéder au statut d'humain, fait exister en les nommant les choses du monde pour nous, c'est la mère. Dieu, dont les attributs lui permettent de nommer les choses créées, serait donc féminin? Je dois dire que cette idée me plaît énormément…
Pour aller plus loin dans ce raccourci saisissant, la bouche de la femme suprême, Dieu qui nomme les choses pour les faire exister, serait-elle celle que Courbet a peinte?
J'adore être sacrilège à mes heures… 

Avec un nom, il y a le symbolique, la mémoire des souffrances et des jouissances, les affects, le désir, le vivant, la naissance, la mort.

Sans nom, l'origine du ciel et de la terre. 
Sans nom, il y a le réel, sans jugement, sans pensée, sans mémoire, sans appréhension et sans élan, sans début ni fin.
Sans nom, l'homme n'est pas au centre.
Il n'est qu'un élément parmi les autres, en suspension dans le cosmos.

C'est peut-être le principe masculin. C'est peut-être l'énergie qui nous anime.
C'est en tout cas plus vaste que toute représentation possible.


Partager cet article

Repost 0
publié par L'atelier d'Annik - dans Créations
commenter cet article

commentaires

Nadir 26/02/2010 22:39


Le nom est lié nécessairement au concept qui s'y rapporte, il défini, généralise, délimite.Il induit la dualité (yin-yang). L'expérience non conceptuelle, comme elle est exposée par le
taoisme, permet une approche transcendante de la réalité et un retour à l'état fusionnel présymbolique (avec le grand Un Universel). Pourtant, le nom, le mot doit exister pour permettre de grandir
jusqu'à cet état particulier de conscience. Il est essentiel et pourtant il doit être dépassé. Pourquoi pas par le geste et singulièrement par le geste créatif...(?)


L'atelier d'Annik 27/02/2010 08:01


Merci Nadir pour ce riche commentaire. Je vais plonger dans la suite de la réflexion que tu proposes.


josée 21/02/2010 12:14


J'ai adoré te lire, là, j'ai mis Tao Te King dans mes marque pages pour l'avoir sous le main. En te lisant il y a le mot énergie qui m'a traversé l'esprit plusieurs fois. Bon dimanche, Josée;


L'atelier d'Annik 21/02/2010 14:19


Bon dimanche à toi aussi, Josée. Heureuse de pouvoir partager ça avec toi.


raphaële 20/02/2010 17:54


il est certain en tous cas que cette lecture te nourrit : j'aime bien la nouvelle simplicité des peintures qui en résultent, et tout particulièrement la féminité de ce rond qui n'en est pas
tout-à-fait un...


L'atelier d'Annik 21/02/2010 14:18


Merci Raphaëlle. Effectivement cette lecture me nourrit, et me permet de renouer le contact avec un tracé totalement détaché du résultat esthétique. Pourrrvou qué ça dourre…


.

Rechercher

   
   

Archives

   
   

 

Catégories d'articles:

Questions techniques

Matériaux pour artistes

 

 


Mon travail artistique:

> Site

> Blog